Quelle taille de piscine pour ne pas payer d’impôt ?

L’installation d’une piscine présente de nombreux avantages pratiques pour toute une famille. Un lieu qui vous apporte joie et paix, en vous offrant des moments de partage et de bonheur. Toutefois, pour pouvoir installer une structure telle qu’une piscine, il faut respecter un certain nombre d’exigences légales. Dans cet article, nous verrons la taille qu’une piscine doit avoir pour ne pas payer l’impôt.

Comment savoir si une piscine est enregistrée pour la taxe ?

Pour vérifier si votre piscine est enregistrée à des fins fiscales, vous devez vous rendre à la mairie de votre ville et contacter le service d’urbanisme. Là, vous devrez demander un permis de réserve. Pendant que vous attendez que la procédure soit terminée, videz la piscine.

Lisez aussi cet article  Pisciniste Grenoble : comment trouver le meilleur ?

La seule condition pour éviter une taxe sur les piscines est de présenter une déclaration d’achèvement dans les trois mois ou plus. Plus précisément, dans les 90 jours suivant l’achèvement des travaux de construction.

Quelle taille doit avoir une piscine pour ne pas payer des taxes ?

À la question de savoir quelle est la taille que doit avoir une piscine pour éviter de payer des impôts, la réponse est simple. La piscine doit avoir une taille inférieure à 10 m². En effet, les petites piscines peuvent être installées librement sans qu’il ne soit nécessaire de demander au préalable une déclaration ou un permis de construire.

Toutefois, si votre terrain est situé dans une zone protégée ou classée, vous devrez demander une autorisation avant de commencer les travaux de construction.

En revanche, les piscines de plus de 10 mètres carrés nécessitent un avis préalable de construction ou une demande de permis de construire. Surtout, pour les piscines de plus de 100 mètres carrés, des taxes supplémentaires sont à payer.

Lisez aussi cet article  Comment aménager votre piscine de manière à sublimer votre résidence ?

Quelle est la taxe sur les piscines ?

Si vous envisagez de construire une piscine de plus de 10 mètres carrés dans votre maison, vous devez l’enregistrer auprès des autorités fiscales dans les trois mois suivant l’achèvement des travaux. En effet, une piscine est considérée comme faisant partie d’une structure extérieure à la maison. Le CGI ( Code Général des Impôts) précise que tous les bâtiments dont les murs ne peuvent être démolis sont soumis à la taxe foncière. La loi est prise en compte pour la taxation des piscines et de leurs équipements annexes. Comme il est rattaché à l’habitation, il est soumis à la taxe d’habitation.

Les piscines sont soumises à une taxe d’aménagement forfaitaire de 200 € par mètre carré. Si le montant est inférieur à 1 500 €, la taxe est payable un an après la délivrance du permis ou de la déclaration d’activité.

Quelles sont les différentes taxes applicables aux piscines ?

Il existe trois taxes principales qui sont les mêmes que la « taxe sur les piscines ». Celles-ci augmentent la valeur de votre propriété.

Lisez aussi cet article  Piscinistes Lattes : comment trouver le meilleur ?

Taxe d’habitation : comme mentionné ci-dessus, la piscine est l’un des bâtiments annexes de la propriété. Elle est donc soumise à la même taxe d’habitation que l’habitation principale.

Taxe foncière : elle s’applique aux piscines hors-sol qui ne peuvent être déplacées, ainsi qu’aux structures hors-sol et en béton.

La taxe d’aménagement : elle s’applique chaque fois qu’une piscine est enregistrée auprès de l’administration fiscale. Cela se produit après la délivrance d’un permis de construire pour effectuer des travaux d’aménagement sur le terrain.

Emilio

Je suis un passionné du WEB et j'adore partager des actualités sur mon Blog. J'ai fais des études de commerces et de lettres à Montpellier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

treize − quatre =