Quel remboursement pour une prothèse dentaire ?

Une mutuelle avec un bon remboursement en dentaireObtenir une prothèse dentaire peut s’avérer coûteux pour de nombreuses personnes. Heureusement, les systèmes de remboursement existants permettent d’alléger le poids financier de ces interventions. Dans cet article, nous vous expliquons comment fonctionne le remboursement des prothèses dentaires en France et quelles sont les conditions à remplir pour en bénéficier.

Les différentes types de prothèses dentaires

Avant d’aborder la question du remboursement, il est essentiel de connaître les différents types de prothèses dentaires :

  • La couronne : elle recouvre la partie visible de la dent, généralement fragilisée par un traitement endodontique (dévitalisation) ou par une grosse carie.
  • L’inlay-core : c’est une pièce métallique qui vient renforcer la structure de la dent lorsque celle-ci a été délabrée par une carie ou fracture.
  • Le bridge : cet élément prothétique remplace une ou plusieurs dents manquantes et s’appuie sur les dents voisines pour tenir en place.
  • La prothèse amovible : elle peut être partielle ou complète, et remplace une partie ou la totalité des dents d’une arcade dentaire.
  • Les implants dentaires : ce sont des vis en titane qui s’ancrent dans l’os alvéolaire pour remplacer la racine des dents manquantes.
Lisez aussi cet article  Chute de cheveux: un phénomène dramatique chez les hommes

Le remboursement par la Sécurité sociale

En France, les prothèses dentaires sont remboursées par la Sécurité sociale sous certaines conditions. Le taux de remboursement dépend du type de prothèse et du tarif pratiqué par le dentiste. Voici un aperçu des différents taux :

  • Couronnes : 70% sur la base d’un tarif conventionnel.
  • Inlay-cores et bridges : 70% sur la base d’un tarif conventionnel.
  • Prothèses amovibles partielles : 65% sur la base d’un tarif conventionnel.
  • Prothèses amovibles complètes : 50% sur la base d’un tarif conventionnel.
  • Implants dentaires : non remboursés par la Sécurité sociale.

Cependant, le montant réellement remboursé peut être inférieur à ces pourcentages si le prix de la prothèse dépasse le tarif conventionnel. Il est donc essentiel de bien se renseigner sur les coûts avant de prendre une décision.

Rac 0 : le plan gouvernemental pour un remboursement intégral

Depuis le 1er janvier 2020, la mise en place du Rac 0 (« Reste à charge zéro ») permet un remboursement quasi intégral des prothèses dentaires pour certaines catégories d’appareils. Ce dispositif couvre les bridges et couronnes céramiques en métal sur les dents visibles ainsi que certains types de prothèses amovibles.

Lisez aussi cet article  Culottes menstruelles : où et comment choisir celles qui vous conviennent ?

Pour bénéficier du Rac 0, il faut respecter certaines conditions :

  • Être affilié au régime général de la Sécurité sociale ou à un régime assimilé.
  • Avoir souscrit une complémentaire santé adaptée.
  • Consulter un professionnel respectant une convention nationale fixant des tarifs plafonnés pour ces actes.

L’importance de la mutuelle et du contrat d’assurance

S’il est vrai que certaines prothèses sont déjà bien remboursées par la Sécurité sociale, il est recommandé de souscrire une mutuelle pour compléter ce remboursement. Les contrats d’assurance varient selon les organismes et peuvent proposer différents niveaux de prise en charge. Comparer les offres pour trouver celle qui correspond au mieux à vos besoins peut être très utile.

Il est également crucial de vérifier les conditions de prise en charge de votre contrat avant de vous engager dans des soins coûteux, comme les implants dentaires. Dans tous les cas, n’hésitez pas à demander un devis détaillé à votre dentiste pour anticiper les frais à venir.

Les critères à vérifier dans votre contrat

Pour choisir une mutuelle ou un contrat d’assurance complémentaire, il est important de prendre en compte certains éléments :

  • Le plafond annuel de remboursement : ce montant limite le total des remboursements que vous pouvez recevoir chaque année. Plus il est élevé, mieux c’est.
  • Le délai de carence : certaines mutuelles appliquent un délai pendant lequel les garanties ne s’appliquent pas. Vérifiez s’il existe et combien de temps il dure.
  • Les services inclus : certains contrats proposent des services supplémentaires, tels que le tiers payant ou l’accès à un réseau de praticiens partenaires. Ces avantages peuvent être intéressants.
  • Le prix : bien sûr, il faudra tenir compte du coût de la cotisation mensuelle et de sa cohérence par rapport aux prestations proposées.
Lisez aussi cet article  Déterminer votre taux de masse graisseuse et évaluer votre santé avec une balance impédancemètre

Demande de prise en charge préalable

Pour éviter les mauvaises surprises, il est vivement conseillé de faire une demande de prise en charge auprès de la Sécurité sociale et de votre mutuelle avant de débuter les soins. Cette démarche permettra de connaître le montant exact qui sera pris en charge pour vos prothèses dentaires et ainsi de calculer le reste à charge.

Pour ce faire, il vous suffit de fournir un devis détaillé de votre dentiste à ces organismes. Ils vous indiqueront ensuite le montant remboursé et les conditions spécifiques à remplir pour en bénéficier.

En résumé

Une mutuelle avec un bon remboursement en dentaire est une question importante qui peut vite devenir complexe. Il est essentiel de bien connaître les différents dispositifs en vigueur (Sécurité sociale, Rac 0[HS1] , mutuelle), de vérifier son contrat d’assurance complémentaire et de demander un devis à son dentiste avant de se lancer dans des soins onéreux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 + sept =